ème VISITEUR
2003 est le quarantième anniversaire de la disparition d'Edith PIAF.
Depuis 1963, des jeunes, des moins jeunes et d'autres plus anciens
fredonnent les refrains de la "Môme PIAF".
Si tout le monde connait "Non, je ne regrette rien ",
" L'Hymne à l'Amour",

" La Vie en Rose" et
"Milord".
Son répertoire ne s'est pas tenu qu'à ces quelques refrains.
Je vous propose de découvrir ou de se souvenir de plusieurs autres mélodies.
La voix du miracle
par Yves Salgues
Curieusement, l'anecdocte que me rapporta, à l'époque, le producteur Clément Duhour est quasiment inconnue. Lorsque Sacha Guitry invite Edith Piaf à entrer dans la distribution fastueuse de Si Versailles m'était conté, il l'accueille avec ce mot d'auteur de théatre: "Madame, vous avez une voix à troubler l'ordre public. Eh bien, votre heure a sonné : j'attends de vous que vous mettiez la France en état de révolte."
 
Hommages
Oh! regardez cette petite personne dont les mains sont celles du lézard des ruines.
Regardez sont front de Bonaparte.
Ses yeux d'aveugle qui viennent de retrouver la vue.
Comment chantera t-elle ? Comment sortira t-elle de sa poitrine étroite les grandes plaintes de la nuit ?
Et voilà qu'elle chante, ou plutôt qu'à la mode du rossignol d'avril elle essaie son chant d'amour...
Elle se dépasse, elle dépasse ses chansons, elle nous dépasse. L'âme de la rue pénètre dans toutes les chambres de la ville.
Ce n'est plus madame Edith Piaf qui chante, c'est la pluie qui tombe, le vent qui souffle, c'est le clair de lune qui met sa nappe.
Extraits de l'Hommage de
Jean Cocteau à Edith Piaf
.
Nul n'a pu l'ignorer.
Nul n'a pu l'imiter.
Nul ne peut l'oublier.
Elle s'appelait EDITH PIAF.
Pierre Perret
Dans les rues de mon enfance, l'ai je entendue chanter, la fille de la gualeuse et de l'acrobate ? Je le crois, et c'est ainsi que par sa déchirante voix s'exprime, non pas ma jeunesse, mais un âge hors de tous les âges, un âge éternel.
Robert Sabatier


Lorsque les projecteurs brûlent ou ensanglantent la chétive merveille, lorsque ses mains pâles battent l'air, avares de gestes, lorsque sa voix soudain enflée boit comme une encre fatale tout le silence de la salle, alors on se rend, ligoté, heureux de l'être.
Christrine de Rivoyre
 
Les conduisent au texte Le signe indique le son

En 1936:
Les mômes de la cloche
La java de Cézigue
L'étranger
Mon apéro
Reste
La fille et le chien
Les hiboux
Fais moi valser
Quand même
J' suis mordue
La Julie jolie
Va danser
Les deux ménétriers
Mon amant de la coloniale
'Y avait du soleil
Il n'est pas distingué
Chand d'habits
La petite boutique

A l'autome 1935, voici Edith qui chante dans les beaux quartiers, pas loin de la place de l'Etoile, à l'angle de la rue Troyon et de l'avenue Mac-Mahon. Edith chante "Comme un moineau" de Jean Renoir. Et qui voit on s'approcher ? Louis Leplé, il vient d'ouvrir le Gemy's, cabaret. Il l'écoute et l'invite à venir auditionner.Il lui donnera le nom de la môme Piaf et l'engage pour 40 francs par jour.
Le vendredi suivant, elle débute au Gemy's. cette fois la salle est pleine. Elle chante " Les mômes de la cloche", "Nini peau de chien", "La valse brune"... Edith tient le public en halène. pourtant elle n'est vêtue que d'une petite robe noire qu'elle n'a pas eu le temps de terminer. Il manque une manche et avant d'entrer sur scène, elle couvre son bras d'un foulard offert par la comédienne Yvonne Vallée. C'est un triomphe. La musique de la rue est entrée au cabaret, et un phénomène de mode lui permet de voir tout Paris accourir pour l'applaudir. Engagée pour une semaine, elle reste sept mois au Gemy's accompagnée par le pianiste Jean Uremer
.

En 1937 et 1938

Mon légionnaire
Entre Saint Ouen et Clignancourt
Dans un bouge du Vieux port
Ne m'écris pas
Le contrebandier
Mon coeur est au coin d'une rue
Correqu' et Reguyer
Paris - Méditérranée
Un jeune homme chantait
Browning
C'est toi le plus fort
Ding din don
Tout fout la camp
Le chacal
Partance
Le fanion de la Légion
La java en mineur
J'entends la sirène
Les marins ça fait des voyages
Madeleine qu'avait du coeur
C'est lui que mon coeur a choisi
Le grand voyage du pauvre nègre
Le mauvais matelot
 
En 1940
L'accordéoniste

En 1941
C'était un jour de fête
J'ai dansé avec l'Amour
Où sont ils mes petits copains
Le vagabon

En 1943
De l'autre côté de la rue
C'était une histoire d'amour
J'ai qu'à l'regarder
Monsieur Saint Pierre

En 1944
Les deux rengaines
Y' a pas de printemps

En 1945
Le disque usé
Escale
Les trois cloches

En 1942, sous l'occupation,Edith, sans le sou, s'installe avec Momone et Dédée chez Madame Billy, une maison de passe chauffée rue de Villejust (devenue rue Paul Valéry) .Elle y restera jusqu'en 1944, avec Michel Simon comme voisin. Pendant cette année 1942, elle enregistre "Le vagabon", titre qui est refait quatre fois, un record! Du 20 octobre au 20 novembre 1942, Piaf est à l'ABC. Elle enregistre une nouvelle version des "Hiboux" en octobre, puis en novembre: "Simple comme bonjour", "Tu es partout", "Un coin tout bleu". Elle poursuit en décembre avec "Sans y penser", C'était une histoire d'amour", "Le disque usé" et "j'ai qu'à le regarder". En 1943, la France a touché le fond. C'est l'année la plus noire de l'occupation. Malgré la censure, Edith réussit à imposer sur scène "le Fanion de la légion". Edith fréquente Marie Marquet, qui devient son amie, Madeleine Robinson, Mona Goya et enregistre des titres en espérant un nouveau succés, en vain. En janvier, "Le Brun et le blond", et en avril "Monsieur Saint Pierre", et "Histoires de coeur" n'ont pas l'étoffe pour remplacer "L'accordéoniste dans le coeur des phonographes. A partir du 23 juillet jusqu"à la fin de l'été, elle se produit à Bobino avec Lisette Jambel. Poussée par André Bigard, qui fait partie d'un réseau de résistants, Edith devient marraine du stalag III.

Oui, Montand est "viré" pour cause de succès. Piaf a senti qu'ils sont de la même race. Il a perdu toute docilité, aussi n'hésite t'elle pas à le quitter avant d'être délaissée. Au suivant! Pardon, aux suivants, car ce sont les Compagnons qu'elle va mettre maintenant sur la voix du succès. Pathé a décidé de mettre les moyens pour les imposer tout en relançant la carrière d'Edith qui bat de l'aile. Avec eux, Piaf tourne "Neuf garçons, un coeur" de Lucien Baroux. Une chanson a été écrite par Gilles (de son vrai nom Jean Villard), patron d'un cabaret de Lausanne. Elle s'appelle " Les trois cloches", Piaf ne s'y trompe pas. Ce titre devrait faire un "malheur". Cependant, pense t'elle, la chanson n'est pas pour elle, mais pour les Compagnons. Ils n'en veulent pas. Edith leur propose alors de la chanter avec eux, ils n'osent refuser.

En 1946
La vie en rose
J' m'en fous pas mal
Le petit homme
Un refrain courait dans la rue
Céline
Le roi a fait battre tambour
Dans les prisons de Nantes
Les trois cloches*
Adieu mon coeur
Le chant du pirate
C'est merveilleux
Mariage

En 1947
Un homme comme les autres
Qu'as tu fais John?
C'est pour ça
Il pleut

En 1948
Les amants de Paris
Il a chanté

En 1949
Dany
Pour moi tout' seule
Bal dans ma rue
Le prisonnier de la tour
Paris
L'orgue des amoureux
Pleure pas

En 1950
La p'tite Marie
Hymne à l'Amour
Le ciel est fermé
Il fait bon t'aimer
Le chevalier de Paris
C'est de la faute à tes yeux
La fête continue
Il y avait

En 1951
Chante moi
Chanson bleue
Plus bleu que tes yeux
Une enfant
Jezebel
Le Noël de la rue
A l'enseigne de la fille sans coeur
Télégramme
Je hais les dimanches
Si si si
Du matin jusqu'au soir
Demain
C'est toi
L'homme que j'aimerai
Avant l'heure
Rien de rien
La valse de l'amour
Padam... Padam...
La rue aux chansons
Chanson de Catherine

En 1952
Mon ami m'a donné
Je t'ai dans la peau
Monsieur et Madame
Et ça gueule ça Madame
Au bal de la chance
Notre Dame de Paris
Elle a dit

En 1953
Jean et Martine
Les amants de Venise
Les croix
Bravo pour le clown
Johnny tu n'es pas un ange
Et moi
Soeur Anne
Heureuse
N'y vas pas Manuel
L'effet qu' tu m' fait
Pour qu'elle soit jolie ma chanson
La goualante du pauvre Jean
Le "ça ira"

En 1954
Avec ce soleil
Mea Culpa
Enfin le printemps
L'homme au piano
Sous le ciel de Paris
Retour
Sérénade du pavé

En 1955
Le chemin des forains
Un grand amour qui s'achève
Miséricorde
Légende
C'est à Hambourg

En 1956
L'homme à la moto
Soudain une vallée
Avant nous
Toi qui sais
Une dame
Et pourtant

En 1957
La foule
Salle d'attente
Les prisons du Roy
Les grognards
Comme moi

En 1958
Mon manège à moi
Les amants de demain
Fais comme moi
Les neiges de Finlande
Tant qu'il y aura des jours
Un étranger
Le ballet des coeurs
Eden blues
Le gitan et la fille
Les orgues de barbarie
Je me souviens d'une chanson
C'est un homme terrible
Tatave

En 1959
Je sais comment
T'es beau tu sais
Milord

En 1960
C'est l'amour
Ouragan
Cri du coeur
Kiosque à journaux
Le métro de Paris
Non la vie n'est pas triste
Non je ne regrette rien
Les flons flons du bal
Les mots d'amour
La ville inconnue
Des histoires
Les blouses blanches
T'es l'homme qu'il me faut
Mon Dieu
La belle histoire d'amour
Je suis à toi
Les amants merveilleux
Le vieux piano
Boulevard du crime
Jérusalem
Je m'imagine
La vie, l'amour

En 1961
Les bleuets d'azur
Quand tu dors
Toujours aimer
Le billard électrique
Mon vieux Lucien
Exodus
Dans leur baiser
Faut pas qu'il se figure
Le bruit des villes
Marie trottoir
Les amants
Qu'il était triste cet anglais
C'est peut être ça
Carmen's story

En 1962
Toi tu l'entends pas
Polichinelle
Fallait-il
A quoi ça sert l'amour
Une valse
Ca fait drôle
On cherche un auguste
Emporte moi
Musique à tout va
Le diable de la Bastille
Inconnu excepté de Dieu
Quatorze juillet
Les amants de Teruel
Le petit brouillard
Le droit d'aimer
Roulez tambours
Le rendez vous

En 1963
Monsieur Incognito
Le chant d'amour
J'en ai tant vu
C'était pas moi
Margot coeur gros
Les gens
Traque
Tiens v'la un marin
L'homme de Berlin
En Anglais, 1950
Hymn to love
The three bells
La vie en rose
Simply a waltz
My lost melody
I shouldn't care
Don't cry
'Cause i love you
En Anglais, 1951
Autumn leaves
En Anglais, 1956
One little man
Heaven have mercy
Chante moi

 Quand elle s'éteint le 11 Octobre 1963, la France apprend le décès de Cocteau. Elle ignore celui de Piaf. Le 12 et le 13, la foule des Parisiens défile devant le boulevard Lannes.
 Peu de gens peuvent franchir la grille. Piaf est inhumée le 14 Octobre au cimetière du Père Lachaise (97ème division, allée transversale 3).
 40 000 personnes assistent aux obsèques, onzes voitures sont nécessaire pour transporter les fleurs.

La chanson enterre son étoile.
Elevée au rang de mythe de son vivant, Piaf était condamnée à l'éternité. En 1993, après trentes années de carrière postmortem, Piaf s'impose toujours avec la même force.
La vie de Piaf est une légende, un roman. En aucun cas, cette histoire ne pourrait être vraie.

Et pourtant... Les chansons sont la pour l'attester : Piaf a existé.
Et cette voix, sortie des entrailles,
Ne cessera jamais de pleurer l'amour.

De chanter la vie

Bruno Jacquot et Jean Pierre Pasqualini

Pour en savoir plus et tout savoir sur la chanson Française
une seule adresse :http://www.paroles.net/
 
 
Retour